Bilan d’une première année en Clis Ted

Quand on est AVS, notre quotidien c’est l’enfant. Tout tourne autour de son accueil dans une scolarité le plus apaisée possible !

Y a des jours avec, des jours sans… Des jours « colère » et des jours « content ».

https://i1.wp.com/a405.idata.over-blog.com/4/99/55/70/autisme-1.jpg

Et avec mon loulou en un an, on a un peu tout expérimenté…La fin de l’année approchant, l’instit doit faire un bilan, et pour l’aider il me demande de noter mes constats sur cette année. Ne pas en tirer de conclusion, juste vraiment rester dans l’observable, et purement et simplement entre moi et mon loulou.

Je me suis emballée et je lui ai rédigé un petit pavé… Il aimé. Beaucoup aimé. Du coup, il l’a gardé tel quel et l’a ajouté à son propre bilan !!

Mon premier écrit… *fierté*

Moi qui compte entrer à l’IRTS, l’idée que mes constats plaisent à un professionnel c’est super gratifiant !!!
Et l’instit qui me demandait si ça me dérangeait qu’il soit diffusé !!!

Je ne vous le transmets pas tel quel, mais vous verrez un peu mieux ce que c’est AVS ^^

A la rentrée de Septembre, ce qui m’a d’abord frappé c’est la mémoire visuelle impressionnante de N, et ensuite le fait que constamment il y aie des écholalies de pubs tv, de génériques etc…
A ce moment là, pour faire ses demandes N s’adressait exclusivement à M et par le biais du tableau ou d’une feuille où il écrivait là encore une phrase d’un film, un titre etc…
Pour la fin des récréations, seul M là encore pouvait aller le chercher avec un petit rituel entre eux déjà mis en place l’année dernière.
Le travail scolaire se fait essentiellement avec M, N arrivant petit à petit à m’investir mais pour les moments de jeux, de dessins, les bisous…

Cela peut facilement s’expliquer car j’étais moi même assez en recul étant encore en observation de N lui même, de son fonctionnement, et de la classe de manière plus générale.

A partir de Décembre, il y a une évolution. A la maison la maman a fait répéter mon prénom à N qui maintenant le dit bien et me nomme beaucoup plus. Il accepte aussi un peu plus ma place dans la classe et le fait que je puisse poser moi aussi un cadre.
Il reste tout de même très opposant quand je pose des limites trop marquées. Opposition qui peut aller jusqu’à parfois une violence physique (taper, griffer) lorsque je lui demande d’attendre à la cantine, ou quand je le repousse lors de câlins trop envahissants.

Dès les vacances de février je peux voir une évolution générale. N s’est assoupli. Il accepte mieux mes interventions, je peux travailler sur de plus longues séances avec lui, et pas seulement en restant à côté de lui pendant la lecture sur tablette.
Contrairement à la rentrée, il verbalise ses demandes, sachant cibler à qui il doit demander telle ou telle chose. Il accepte mieux quand on lui dit d’attendre (sans forcément donner un temps d’attente, ou une visualisation par timer), il ne tape plus du pied pour montrer que ça le gène. Le rituel de la fin de récréation se fait toujours avec M, mais si pour une raison diverse je dois aller le chercher, il peut sans problème venir.
Il a perdu aussi un tas de petits rituels qu’il avait mis lui même en place (s’échapper tirer la chasse d’eau, s’assoir sur le banc à la sortie de l’école le soir), ou encore, il va en récréation sans jouet, et il est donc plus accessible aux autres enfants. Quand il prend un jouet ou autre objet avec lui, c’est plutôt dans le but de le montrer (nouvelle peluche, chapeau de crocodile etc)

N est aussi beaucoup plus dans l’attente de notre validation, par un geste, un mot, ou un regard. Que ce soit en travail, dans la cour, ou sur une nouvelle activité, il guette nos réactions et interroge du regard.
Il a aussi beaucoup progressé sur les émotions et décrypte beaucoup mieux quand nous sommes fâchés, ou fatigués, ou contents.
Il semble aussi soucieux du regard que l’on a sur lui et cherche à donner une bonne réponse même lorsqu’il ne l’a connait pas (dire « fruit » quand il ne connait pas le nom du fruit, ou dire « maitresse » quand il ne connait pas son prénom) ou la fierté qu’il montre quand il s’est habillé tout seul et qu’il porte quelque chose qu’il ne met jamais.
Même en récréation nous le surveillons beaucoup moins qu’avant. A la rentrée nous étions obligés parfois d’être 3 pour cerner les endroits où il tapait afin de le stopper et de rappeler les règles. Maintenant, il a une attitude tout à fait adaptée, il dit bonjour quand les enfants viennent vers lui, s’assoit parfois avec eux.
Il vient aussi de lui même nous chercher dans la salle des maîtres afin de demander à dessiner quand il éprouve le besoin de se mettre au calme.
Je précise que je suis AVS-i (donc pour une seul enfant à la fois) dans une classe spéciale, une CLIS TED, autrement dit avec des enfants essentiellement autistes ou présentant des troubles autistiques. Je m’occupe de mon loulou depuis seulement Septembre et c’est ma première année en tant qu’ AVS. Et je l’ai 12h / semaine.
Publicités

12 réflexions sur “Bilan d’une première année en Clis Ted

  1. Mon fils vient de finir sa petite section, il est autiste atypique mais n’aura pas d’Avs l’année prochaine, l’école attend de voir comment ca se passe :/
    Ton blog est très intéressant, merci de partager ton ressenti.

    J'aime

    • Aucun problème, et bon courage pour l’année à venir… Quand je vois les progrès énormes que ces enfants sont capables d’accomplir en un rien de temps avec le bon entourage et le bon accompagnement, je comprends la colère des familles pour arriver à faire bouger les choses…
      Cette année dans cette classe si spéciale a réveillé une vraie envie de travailler autour de ce type de handicap !

      J'aime

  2. je connais une maman, bon son fils il a50 ans maintenant !!!!!!! mais en fait, il avait un petit qq chose, et a l epoque, personne en voulait, on le disait bête, et « débile » à l epoque, c etait sévère !!!!! et on lui a mis son petit dans une école oui institut je sais plus trop mais mélangé avec des cas plus important, et elle a fini par crier, mais non mais non, il est pas sot, et niet, et un jour elle l’a pris en cachette !!!! et a dit je vais m’en occuper, lui qui savait pas ecrire, ni lire, ni rien, elle l’a sorti de sa galere, il vit, il a une femme, il fait ses petites courses, bon il est sous tutelle c ar il faisait ds petites betises, mais il a une vie normal, et je peux te dire que lorsqsue sa maman fut malade (elle est decedée) et bien il s’en occupait, la lavait ! etc
    il a toujours un côté enfant, mais il a evolué grandement, alors que tout le monde disait c est pas possible

    J'aime

    • C’est certain qu’on a progressé depuis 50 ans pour la prise en charge de certains handicap, mais on reste super en retard par rapport à d’autres pays où tout le monde c’est ce qu’est un Asperger, tout le monde sait quoi faire et n’a pas la trouille, tout le monde a déjà croisé à l’école un autiste ou un trisomique… mais non, nous on cultive la peur du handicap 😦

      J'aime

  3. super ton petit article. Tu sais que c’est rare des avsi en clis… je suis moi aussi dans le même cas et nous sommes 3 dans ma région. normalement en clis il ne doit y avoir que des avsco. Tu t’occupes d’autres enfants? Moi j’ai deux enfants 12h/ semaine dont un autiste profond. j’attends de savoir cette semaine mon post pour l’an prochain.

    J'aime

    • Je suis dans une CLIS Ted, c’est un peu particulier car nous n’avons que des autistes profonds =)
      Nous avons une AVS-co et nous sommes deux AVS-i. Mais l’année prochaine, il y aura sûrement deux AVS-i de plus =)
      On ne fonctionne pas comme dans une CLIS traditionnelle car nos enfants sont scolarisés entre 6 et 12 heures par semaine et nous n’avons jamais plus de trois enfants en même temps, car impossible de les mettre en groupe !!

      J'aime

  4. Votre titre pour les commentaires m’interpelle, tout autant que votre article, ayant un fils autiste de 25 ans d’une part et d’autre part, comme scénariste car je travaille actuellement sur un projet de téléfilm avec une maison de production qui traite de l’histoire un enfant autiste d’une dizaine d’années et de son père. Il devait s’appeler à l’origine « Dessine moi un mouton », même si le titre actuel est « Comme un enfant ».

    J'aime

Dessine moi un mouton

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :